«La crise nous a montré les limites des chaînes d’approvisionnement mondialisées»
L'Union l'Ardennais 17 mai 2021

La souveraineté alimentaire est le droit des populations à décider de leurs propres stratégies et politiques pour garantir leur sécurité alimentaire tout en considérant les effets sur les autres.
Elle garantit, par le biais de choix d’alimentation mais aussi de politiques agricoles ou commerciales, l’accès à une alimentation saine et durable. Il s’agit d’un concept global où les enjeux sociaux, économiques, politiques et environnementaux sont étroitement mêlés.
Si cette notion de souveraineté alimentaire a été mise en lumière par la crise sanitaire, le concept crée par le mouvement altermondialiste Via Campesina date du milieu des années 90.
Contrairement à la sécurité alimentaire, la souveraineté alimentaire est une approche très politique voire politisée qui dicte que la sécurité alimentaire mondiale ne doit pas reposer sur l’augmentation de la productivité et des volumes de production des pays exportateurs, mais sur le développement des capacités agricoles des pays les moins avancés, principales victimes de l’insécurité alimentaire. Certains pays africains se sont emparés du concept pour développer leurs politiques agricoles.
Les situations économiques et sectorielles des pays ont beaucoup évolué depuis les années 90. La France, pays exportateur de biens agricoles et alimentaires, représente aujourd’hui 4,6% des exportations mondiales contre 10,2% en 1990 (source OMC) ; 40% des légumes et 60% des fruits consommés en France sont importés (source Interfel), contre 28% et 43% respectivement en 2000. Enfin, la France est aujourd’hui très dépendante des importations de protéines végétales pour l’alimentation du bétail.
Dans ce contexte, la crise sanitaire et économique nous a montré les limites des chaînes d’approvisionnement mondialisées et a fait émerger des craintes de pénurie ainsi que des velléités d’autonomie alimentaire.
Plus qu’un motif pour se protéger, cette prise de conscience de l’importance de l’agriculture constitue une réelle opportunité pour revaloriser le travail des agriculteurs, soutenir l’évolution des pratiques et modèles agricoles, investir dans l’innovation et la recherche, améliorer l’information des citoyens et intégrer le concept de la santé unique (One Health), qui prend en compte les équilibres entre santé humaine, environnementale et animale.